RSIT - LOGO RSIT – Notre histoire RSIT - LOGO

Intéressé(e) par l’histoire de RSIT ? Cette page est faite pour vous et devrait répondre à toutes vos interrogations concernant la genèse de RSIT, de son idée de départ jusqu’à sa formalisation actuelle.

Bien que récemment déclarée comme activité juridiquement hébergée au sein de COHERENCE Projets, RSIT a déjà quelques années d’existence et plusieurs réalisations à son actif ; cela peut paraître étrange de prime abord et pourtant cela s’explique facilement.

Toutefois, avant de rentrer dans le détail, il convient de présenter le créateur de RSIT ;

RSIT - Histoire

RSIT et son créateur

Alexandre OMELJANCZYK

Alexandre OMELJANCZYK

L’initiateur de RSIT est Alexandre OMELJANCZYK. Né en 1979 et passionné d’informatique depuis sa jeunesse, Alexandre a étudié l’informatique au Lycée Louis de Cormontaigne de Metz (France), où il a obtenu le diplôme du baccalauréat professionnel Maintenance Réseau Bureautique et Télématiques (BAC PRO MRBT) avec mention assez bien en 1999, avant de suivre une formation complémentaire à initiative locale dans ce même lycée afin de se spécialiser en tant que Technicien en Réseaux d’Entreprises (FCIL TRE) en 2000.

En 2000, Alexandre entre comme technicien informatique dans la société IBP (France), où il restera durant 5 ans. Par la suite, une mission lui sera proposée en tant que technicien micro-informatique chez DIAM’S CONSULT (Luxembourg), qui le placera en régie chez EXMA NEGOCE (France) jusqu’en Mars 2007 où Alexandre sera licencié économique à la suite du rachat d’EXMA NEGOCE par le groupe ROS CASARES et par le fait que DIAM’S CONSULT cesse son activité à la même période.

Bien que le contexte économique ne soit pas favorable, Alexandre parvient à faire quelques missions courtes de remplacement chez POINSOFT (France) et PLASTAL (France) alors qu’en parallèle il prépare une validation des acquis et de l’expérience (VAE) pour obtenir le titre professionnel de Technicien Supérieur de Support en Informatique (TP TSSI) qu’il obtient en Octobre 2008, avant d’entrer en formation pour obtenir le titre professionnel de Responsable de Projets en Systèmes d’Information (TP RPSI) entre Décembre 2008 et Novembre 2009.

À l’issue de cette formation longue, Alexandre obtient le TP RPSI et possède à présent des compétences en administration systèmes/réseaux (sanctionnées par le TP TSSI) ainsi que des compétences en gestion de projet, en analyse fonctionnelle et en développement .NET, ASP .NET et C#. Autant dire qu’il s’est armé pour être le plus polyvalent et adaptable possible, face à un marché qui parfois peine à comprendre ce type de profil aux compétences multiples capable de capitaliser de l’expérience dans différents domaines sans en être nécessairement un spécialiste ou un expert.

Début 2010, Alexandre reçoit un appel de la part de la société INFO-ANALYSES (France) pour un contrat aidé de 6 mois en tant que concepteur-développeur VB.NET, VBA et Excel chargé de créer des modules d’import/export de données Excel vers MS SQL Server. Le contrat aidé n’étant pas renouvelable par essence, Alexandre s’est à nouveau retrouvé sans activité pendant quelques mois jusqu’à ce qu’il soit contacté par la société AUBAY (Luxembourg) pour commencer en Janvier 2011 à la Commission Européenne (DIGIT). Alexandre passera deux ans en tant que Team Leader à gérer le service « Applicatif plateforme Microsoft » comportant entre autre IIS, SQL Server et BizTalk.

En Mai 2013, Alexandre se voit contraint de quitter son poste et d’être remplacé en raison d’un souci de santé qui l’immobilisera pendant quelques mois. Il en profite pour se former et se spécialiser sur la plateforme Microsoft Windows Server et passe en Février 2014 la certification Windows Server 2008 – Active Directory qu’il réussit avec succès et qui lui octroie le titre de « Microsoft Certified Professional » (MCP) et également le titre de « Microsoft Certified Technology Specialist » (MCTS). Malgré cette réussite, Alexandre a du mal à être replacé en mission en raison de son profil professionnel inhabituel et finalement il fera encore quelques mois en régie chez JINDAL (Luxembourg), notamment pour y faire un remplacement dans un premier temps.

Dans un second temps, ses compétences en administration systèmes/réseaux et gestion de projet seront fortement sollicitées jusqu’à ce qu’un souci contractuel entre JINDAL et AUBAY ne mette fin à la mission chez JINDAL tout autant qu’à la carrière d’Alexandre chez AUBAY en Février 2015. Alexandre, a alors pris une décision par rapport à son profil professionnel. Vu que celui-ci apparaît difficile à placer chez des clients qui d’ordinaire ne demandent que des experts ou des spécialistes d’un domaine en particulier, Alexandre a décidé après des mois de recherches infructueuses de se spécialiser dans les technologies du Web en suivant la formation WEBFORCE3 chez NUMERICALL (France).

d’Octobre 2015 à Février 2016, Alexandre va apprendre HTML5, CSS3, JavaScript et PHP 7. Il va également revoir MySQL et quelques autres technologies qu’il n’avait pas utilisées depuis un bon moment. Il va également passer la certification Qualité Web de chez Opquast pour laquelle il obtiendra un niveau avancé avec un score de 845/1000, ce qui est plutôt pas mal pour un début ! Avec ces nouvelles compétences spécifiques, Alexandre trouve à nouveau du travail quelques mois plus tard chez CREACTIVE STUDIO (Luxembourg) qui devient en Février 2017 EMD GLOBAL (Luxembourg). Il y officie en tant que Chef de Projet et restera jusqu’en Juin 2018, date à laquelle la société fera faillite après l’échec du rachat de la société en faillite WEBCONSULT (Luxembourg).

À nouveau en recherche d’emploi, Alexandre est contacté en Août 2018 par la société CENTERMED (Luxembourg), ancien client de EMD GLOBAL qui lui propose un poste de Directeur de Service Informatique (DSI). Après plusieurs contrats à durée déterminée renouvelés jusqu’en Août 2019 et malgré une proposition de CDI en Octobre 2019, Alexandre a choisi de renoncer à son poste en raison de l’importante contrainte de déplacement chez CENTERMED (entre 1h30 et 2h de route par trajet). Après l’avoir fait pendant 11 mois, Alexandre a souhaité gérer son temps différemment, d’autant qu’il s’est marié au mois de Septembre 2019.

Depuis, les propositions se sont succédées mais n’ont pour la majorité pas abouties. Celles qui pouvaient aboutir ont été suspendues en raison de l’épidémie provoquée par le virus Covid-19 qui a bloqué toute possibilité économique à partir de fin Mars 2020. Disposant de temps, jamais à court d’idées et ayant une forte envie de mettre à profit son temps disponible pour faire quelque chose de constructif, Alexandre a utilisé son temps « libre » pour lancer RSIT, transformant un projet vieux de plusieurs années en une activité réelle et reconnue.

Les prémices de RSIT

Cela fait maintenant plusieurs années qu’Alexandre rédige des documents pour les clients avec lesquels il a travaillé mais également des documentations personnelles à caractère professionnel en interne. La plupart de ces documentations sont des procédures ou des modes d’emplois permettant de déployer des produits de la plateforme Microsoft mais cela s’est étendu en quelques années à des éléments qui sont parfois loin du cadre professionnel. En fait, les capacités de rédaction et de création de documentation sont souvent passées au second plan à tel point qu’elles auraient pu être oubliées.

Red Star logo original

Logo d’origine du projet Red Star

Toutefois, quand cela représente une bonne part de votre activité, c’est dommage de « perdre » ce travail d’autant que cela a coûté des heures et que la plupart des contenus sont réutilisables pendant une assez longue période. Et puis, il n’y a pas que des procédures… Il y a aussi des maquettes de développement qui nécessitent un visuel or, il n’est pas toujours possible d’avoir le logo du client à disposition et en vectoriel pour faire les maquettes… Idem pour le logo de la société qui n’est pas toujours disponible en vectoriel d’où une perte significative de qualité. Alors que faire ?

À l’exemple de Microsoft et de sa société de test nommée Fabrikam, Alexandre a décidé de se créer lui aussi une société de test nommée Red Star lui permettant plusieurs années plus tard avec un logo simplifié à l’extrême de répondre à cette problématique d’identification des documents. Néanmoins, cette création n’a pas été immédiate et il a fallu attendre plusieurs années avant que cette société virtuelle ne soit créée.

Entre 2000 et 2005, la production documentaire d’Alexandre était anecdotique les trois premières années, puis de plus en plus il a été confronté à la rédaction de dossiers d’implantations techniques voire de documentations internes ou externes… À cette époque, Alexandre n’avait aucune formation spécifique au niveau de la rédaction documentaire au niveau technique et aucune expérience notable au niveau professionnel. Néanmoins, il a rapidement produit de nombreux documents et de nombreuses procédures, qui ont servi à l’époque au développement interne de l’entreprise.

Entre 2005 et 2007, Alexandre a réalisé des procédures informatiques dans le cadre d’un déploiement d’ERP avec pour objectif de former les utilisateurs afin que l’entreprise où il était en régie soit prête en temps et en heure pour l’audit de renouvellement de sa certification ISO. Cette entreprise possédait par ailleurs en interne un service Méthodes et Qualité qui a formé Alexandre en interne afin que sa production documentaire atteigne un degré suffisant de qualité par rapports aux standards de qualité déjà élevés de l’entreprise.

Cela a eu une grande influence sur la suite de la carrière d’Alexandre dans la mesure où celui-ci a totalement intégré la démarche du service Méthodes et Qualité, notamment dans ses réalisations internes autant qu’externes. Néanmoins, le Logo Red Star a surtout été utilisé par la suite pour les projets « hors entreprises » puisque pour les projets en entreprise et réalisé durant les heures normales de travail figurait systématiquement et en bonne place le logo de l’entreprise elle-même, ce qui est à priori tout-à-fait normal.

En effet, entre deux embauches et pendant les périodes de chômage, de nombreux travaux ont été réalisés et rédigés ; au début juste avec un cartouche présentant Alexandre comme l’auteur de ses propres travaux… et puis, d’années en années Alexandre a eu la surprise de découvrir que certains collègues indélicats avaient pris soin de remplacer son nom et son prénom dans les procédures qu’il avait rédigé et qu’il avait obligation de rendre en format éditable.

Le comble du comble ayant été de voir un collègue s’appuyer sur une procédure réalisée par Alexandre pour tenter de lui expliquer comment faire son travail. S’il n’existe pas de loi permettant de dénoncer la spoliation de son travail par des supérieurs ou des collègues peu scrupuleux dont la seule compétence réside en la capacité de s’approprier le travail d’autrui (sans parfois même le comprendre), il y a deux moyens efficaces de se protéger contre cette pratique. Premier moyen : conserver les archives de ses documents et opérer du versioning de document pour prouver que l’on a bien l’antériorité du document (date de création). Second moyen : ne rendre que les versions non-éditables de ses documents, avec si possible une marque d’identification unique qui identifie de façon certaine le rédacteur originel du document.

C’est ainsi que petit à petit, Alexandre a versionné ses documents et les a rendu identifiable petit à petit en utilisant des fonctionnalités avancées tout en produisant des documents non-éditables avec un suivi de modifications à part entière. Ce n’est qu’en fin 2015, lorsqu’il entre dans la formation WebForce3 qu’il se met à produire un logo de ce qui sera dorénavant sa « marque de fabrique » : Red Star.

Depuis Mars 2016, Red Star est donc devenu un logo récurrent sur les productions d’Alexandre qui s’est étendu tant au niveau professionnel que personnel. Bien qu’il n’y ait eu aucun désir de création d’entreprise dans un premier temps derrière la création du logo Red Star, le savoir-faire et la qualité des documents produits ont rapidement permis de plus en plus d’identifier ce logo comme étant une source documentaire valable et viable au niveau de certains acteurs des technologies de l’information (IT).

Entre Mars 2016 et Juin 2018, Alexandre va surtout utiliser Red Star comme sa société virtuelle de test à l’instar de ce qu’est Fabrikam pour Microsoft. Néanmoins, cette société virtuelle n’a pas de fondement réel et ne reste qu’une alternative pour présenter des maquettes et des documents qui sont en attente de validation au sein de la société EMD GLOBAL – CREACTIVE STUDIO. Malgré cela, l’idée germe qu’un jour cela pourrait être un peu plus qu’une simple marque de fabrique permettant d’être identifié comme brouillon. Dans le même temps, Alexandre a l’idée de développer son propre portfolio professionnel qu’il décide de nommer My Own Tools ; en juillet 2017, il ouvre un second site chez OVH (après le premier site personnel ouvert en Mars de la même année) à l’adresse www.myowntools.eu

En Juin 2018 et après la faillite de EMD GLOBAL,  Alexandre en a profité pour faire le point sur sa carrière et a investi du temps pour travailler sur son site web My Own Tools et mettre à profit son expérience professionnelle et personnelle dans le projet Red Star IT. La différence ? Eh bien la société virtuelle est maintenant devenu un projet professionnel à part entière pour lequel toute une méthodologie est en train d’être développée. Cette méthodologie s’adresse aux très petites entreprises, autoentrepreneurs, micro-entreprises, petites et moyennes entreprises et industries. Pourquoi vers ce public en particulier ? Vous trouverez la réponse dans la partie « Nos valeurs » qui vous permettra d’en savoir plus sur le sujet.

Toutefois, si le projet a déjà bien avancé, il est stoppé net en Septembre 2018 lorsqu’Alexandre est embauché chez CENTERMED. En effet, le manque de temps chronique lié à une activité intense et chronophage en raison de l’éloignement du lieu de travail et du temps de trajet (entre 1h30 et 2h par trajet) rend la production de nouvelles parties du projet difficile sinon impossible. Le projet Red Star IT reste donc à l’état de brouillon bien que le premier volume ait déjà été entièrement rédigé et soit quasiment prêt pour une publication sur le site My Own Tools.

En octobre 2019, Alexandre se retrouve à nouveau sur le marché de l’emploi mais avec cette fois-ci des contraintes supplémentaires. En effet, tous ses projets, aussi bien professionnels que personnels se sont retrouvés presqu’à l’arrêt pendant pratiquement un an. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien eu de réalisé pendant cette période, bien au contraire… Cela signifie simplement qu’après une période de ce type où les productions sont rares et anecdotiques il est nécessaire de reprendre les choses en main pour les recadrer et les planifier.

Jusqu’en Mars 2020, Alexandre reprend petit à petit ses différents projets et fait du tri parmi tout ce qui a été fait jusqu’à présent. D’un point de vue professionnel, Alexandre dispose à présent d’une réelle archive qui est tout autant documentaire que composée d’outils qu’il a lui-même développés pour répondre à des besoins spécifiques. Dans le même temps, il se rend compte que son profil professionnel atypique ne va pas lui simplifier la tâche pour retrouver un emploi.

Il faut dire que cela n’a jamais été d’une simplicité extrême car :

  • Les entreprises veulent d’un côté des spécialistes et des experts dans des domaines particuliers pour se rassurer et se « couvrir » au maximum pour limiter les risques alors qu’un expert ne se justifie pas forcément pour la mission.
  • Les entreprises veulent d’un autre côté des gens polyvalents, adaptables et dotés d’une souplesse à nulle autre pareille afin que les ressources puissent être réutilisables au maximum alors que les missions sont la plupart du temps cadrées et prédéterminées… ou à l’inverse totalement anarchiques parce que si le besoin est réel il n’est pas exprimé convenablement dans la fiche descriptive du poste.
  • Les entreprises demandent des personnes ayant de l’expérience et capable d’être opérationnelles quasiment dès le premier jour… Sauf que c’est un fantasme parce que tout employé a besoin de « prendre ses marques » et d’appréhender son environnement de travail avant d’être opérationnel. Surtout dans un domaine comme l’informatique dans lequel chaque culture d’entreprise est différente…
  • Les entreprises demandent des niveaux de compétences élevés et ensuite demandent aux candidats quelles sont leurs prétentions salariales. Toutefois, malheur au candidat qui sort la grille salariale moyenne pour un poste équivalent dans le même pays… Même en prenant la moyenne basse et en étant au plus bas, il a de fortes chances de se retrouver encore trop cher par rapport à ce qui lui est proposé en rémunération ; pourtant, on ne pourra pas dire que niveau prétention salariale on demande la Lune… Mars peut-être ?

Et il serait encore possible de compléter cette liste qui ne cesse de s’agrandir d’entretien en entretien. Aussi, Alexandre a décidé qu’il était temps d’envisager la possibilité de faire les choses un peu autrement. Disposant d’une expérience de 20 années dans différentes entreprises et a différents postes majoritairement à responsabilité, il y a un moment où il s’est légitimement demandé pourquoi il n’essaierait pas de tester un concept qui lui tient à cœur en lieu et place de perdre son temps et son énergie a essayer de défendre son profil face à des recruteurs incrédules…

Pourquoi ne pas reprendre celui développé dans le projet Red Star IT ?

RSIT aujourd’hui

logo coherence projets

Logo COHERENCE Projets

En Mars 2020, la décision est prise. Le projet My Own Tools va être lancé et testé au sein d’une activité nommée RSIT. Pour cela, Alexandre s’adresse à COHERENCE Projets, une association proposant un dispositif de couveuse d’entreprise. Si le dossier est accepté, son activité sera juridiquement hébergée chez COHERENCE Projets et l’activité pourra démarrer dès que le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE) sera validé.

C’est chose faite depuis le 1er Avril 2020 ; depuis cette date, Alexandre travaille à la réalisation du projet My Own Tools tout en rédigeant des études techniques pour le lancement d’un projet client important. Autant dire que le temps passe vite, même avec la période de confinement !